22 Bilan avec la réviseure (2 juin)

22 Bilan avec la réviseure (2 juin)

La scène se passe dans une salle de réunion. À cette étape du processus d’intervention soit la réévaluation, les intervenants doivent faire le point sur la situation de la personne aidée. Dans ce cas-ci c’est une deuxième révision. Le plan d’intervention est révisé aux 3 mois et est l’occasion de faire le point sur l’atteinte des objectifs et la pertinence des moyens et stratégies mis en place. Donc, régulièrement, au cours de l’application des mesures, on évalue l’évolution de la situation. La révision de la situation de Lydia relativement à la compromission se fait avec le réviseur, il est le représentant décisionnel du DPJ. François et Lilianne présente leur rapport à la réviseure. François croit que l'on devrait poursuivre durant trois mois l'intervention. Lilianne pense que les changements intervenues chez la mère et Lydia permettre de croire que Lydia n'est plus dans une situation de compromission et que les ressources comme le CLSC et la psychologue de l'école pourront prendre le relais.
La scène se passe dans une salle de réunion. À cette étape du processus d’intervention soit la réévaluation, les intervenants doivent faire le point sur la situation de la personne aidée. Dans ce cas-ci c’est une deuxième révision. Le plan d’intervention est révisé aux 3 mois et est l’occasion de faire le point sur l’atteinte des objectifs et la pertinence des moyens et stratégies mis en place. Donc, régulièrement, au cours de l’application des mesures, on évalue l’évolution de la situation. La révision de la situation de Lydia relativement à la compromission se fait avec le réviseur, il est le représentant décisionnel du DPJ. François et Lilianne présente leur rapport à la réviseure. François croit que l'on devrait poursuivre durant trois mois l'intervention. Lilianne pense que les changements intervenues chez la mère et Lydia permettre de croire que Lydia n'est plus dans une situation de compromission et que les ressources comme le CLSC et la psychologue de l'école pourront prendre le relais.
<iframe width="719" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=88505&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

22 Bilan avec la réviseure (2 juin)

Vidéo / 8-Réévaluation

Étape du processus d’intervention : La réévaluation 

Lilianne, François et la réviseure discutent de la situation actuelle de la famille. À deux semaines avant la fin des mesures volontaires, ils doivent prendre une décision. À savoir si le centre jeunesse poursuit ou non l’intervention auprès des parents et de Lydia. Y a t-il encore des motifs de compromission selon la loi de la protection de la jeunesse ?

 

Liens théoriques

  • À la fin du processus, les intervenants doivent faire le point sur la situation de la personne aidée. Dans ce cas-ci, c’est une deuxième révision. Le plan d’intervention est révisé aux trois mois et fournit l’occasion de faire le point sur l’atteinte des objectifs et la pertinence des moyens et stratégies mis en place. Donc, régulièrement au cours de l’application des mesures, on évalue l’évolution de la situation. L'examen de la situation de Lydia relative à la compromission se fait avec le réviseur, qui est le représentant décisionnel du DPJ. Au préalable, l’intervenant psychosocial aura préparé, en collaboration avec l’éducateur, un rapport de révision où il fera part de ses recommandations. Ce rapport a été lu et signé par le chef de service. La sécurité et le développement de Lydia sont-ils toujours compromis au sens de la LPJ? Si c’est le cas, l’application des mesures devra se poursuivre. On devra déterminer si les mesures actuelles doivent être revues afin d’assurer la sécurité et le développement de la jeune et s’il s’agira de mesures volontaires ou judiciaires. Si la sécurité et le développement de Lydia ne sont plus compromis au sens de la LPJ, le dossier sera fermé au centre jeunesse, mais si des services d’aide sont toujours nécessaires, la famille pourra être dirigée vers d’autres organismes.
  • Il faut bien comprendre que François intervient dans un cadre de services et un mandat bien précis. Ce mandat apporte son lot d’avantages et de contraintes avec lequel tout intervenant doit composer.
  • Il reste à Lilianne à faire le bilan et à présenter ses conclusions aux parents, et à François à effectuer la même démarche avec Lydia.

Auteur(s): 

Nancy Daigle et Sylvain Lavertu

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-05-10

Mots-clés: