18 Rencontre de suivi avec la mère (3 décembre)

18 Rencontre de suivi avec la mère (3 décembre)

La scène se passe dans la cusisine de Luce Berthiaume. Lilianne demande à la mère comment se passe l’application du plan d’intervention, des règles toujours en place, des difficultés présentes au niveau de l’encadrement, la relation avec Lydia, les marques d’affection entre elles. Madame précise qu’elle a fait le deuil d’avoir une relation chaleureuse avec sa fille. Elle sent qu’elle se conforme aux exigences, mais sans plus. Elle a hâte que sa fille aille 18 ans pour qu’elle parte de la maison.
La scène se passe dans la cusisine de Luce Berthiaume. Lilianne demande à la mère comment se passe l’application du plan d’intervention, des règles toujours en place, des difficultés présentes au niveau de l’encadrement, la relation avec Lydia, les marques d’affection entre elles. Madame précise qu’elle a fait le deuil d’avoir une relation chaleureuse avec sa fille. Elle sent qu’elle se conforme aux exigences, mais sans plus. Elle a hâte que sa fille aille 18 ans pour qu’elle parte de la maison.
<iframe width="719" height="440" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=88513&taille=360" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

18 Rencontre de suivi avec la mère (3 décembre)

Vidéo / 6-Premier temps de l'intervention

Étape du processus d’intervention : Le premier temps de l’intervention

Lilianne, intervenante sociale, rencontre la mère pour une rencontre de suivi. Elle demande à la mère comment se passe l’application du plan d’intervention, des règles toujours en place, des difficultés présentes au niveau de l’encadrement, la relation avec Lydia et les marques d’affection entre elles. Madame précise qu’elle a fait le deuil d’avoir une relation chaleureuse avec sa fille. Elle sent qu’elle se conforme aux exigences, mais sans plus. Elle a hâte que sa fille aille 18 ans pour qu’elle parte de la maison.

Liens théoriques

  • Nous sommes à la cinquième étape du processus d’intervention. Il s’agit de mettre en action les moyens et les stratégies définis lors de l’élaboration du plan d’intervention en lien avec les objectifs généraux et spécifiques. Le but de cette rencontre est de savoir si les moyens et stratégies fonctionnent bien et d’évaluer s’ils permettront d’atteindre les objectifs fixés. Il y aura peut-être des ajustements à faire.
  • Entre autres, Lilianne devra rattacher ses interventions à son mandat, qui est de corriger la situation de compromission sous les motifs de négligence, de violence psychologique et de trouble de comportement de Lydia. Donc, elle ne pourra pas axer ses interventions seulement sur la qualité relationnelle entre la mère et la fille; cet aspect ne fait pas partie des motifs de compromission au sens de la loi. Bien entendu, la qualité de leur relation a des impacts sur la violence psychologique et le bien-être de chacune. La Loi de la protection de la jeunesse n’intervient pas dans l’amélioration des relations enfant-parent, mais sur des motifs qui compromettent la sécurité et le développement de l’enfant ou de l’adolescent. Elle vise à trouver un mode acceptable de cohabitation en atténuant les affrontements.
  • À la sixième étape du processus, qui est le deuxième temps de l’intervention, Lilianne prévoira faire de l’estompage en diminuant l’aide apportée pour que Madame gère de plus en plus seule l’encadrement de sa fille et se sente moins démunie face aux affrontements de Lydia. 

Auteur(s): 

Nancy Daigle et Sylvain Lavertu

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-05-10

Mots-clés: